ATTABLER

La table est mise, elle est silencieuse. Une question la hante: qu’est-ce que la danse produit (d’autre) ? Chacun(e) doit trouver sa place. Le processus est fuyant, il résiste à l’œuvre. Les paroles s’assemblent, se multiplient pour former le portrait de ce que nous sommes. Il n’y a pas de spectacle, mais un jeu de miroirs sans fin. Des idées, des écrits, des gestes et des bruits animent l’étrange rituel d’être ensemble.

_MG_2051.jpg

ATTABLER | crédit photo : Manoushka De Morceaux 
du 5 au 8 DÉCEMBRE 2018, 17h – 19h à l’Agora de la danse — Espace Paul-André Fortier
4e étage de l’Édifice Wilder, 435 Rue de Bleury, Montréal, QC H3A 2H7

Idée originale et dispositif de création Katya Montaignac
Codirection artistique Nadège Grebmeier Forget, Katya Montaignac
Création et performance Nadège Grebmeier Forget, Emma-Kate Guimond, Hanako Hoshimi-Caines,Véronique Hudon, Katya Montaignac
Scénographie Nadège Grebmeier Forget
Vidéos Emma-Kate Guimond
Résidence de création Agora de la danse
Coproduction Agora de la danse, La 2e Porte à Gauche
Soutien à la production Par B.L.eux

En savoir plus | Billetterie

The table is set, yet it is silent, haunted by a question. What (else) does dance produce? Everyone must find their place. Then the sound of voices and the table comes to life. The process is fleeting, resistant to taking shape. Words come together and multiply, creating a portrait of what we are. There is no show, but an endless play of mirrors. Ideas, texts, movement and noises enliven the strange ritual of being together.

Learn more | Ticket Office

_MG_2086

Véronique Hudon dans ATTABLER | crédit photo : Manoushka De Morceaux 

« Mis en œuvre par la danseuse Katya Montaignac, ATTABLER est un objet atypique proche de l’essai chorégraphique qui fait se télescoper gestes dansés, prises de parole, images plastiques et fragments de texte. Fidèle à l’esprit de la compagnie de faire déborder la danse de ses cadres habituels, la principale tête pensante de La 2e Porte à Gauche s’est associée à l’artiste visuelle et performeuse Nadège Grebmeier Forget pour codiriger ce projet inédit et élaboré sur la longue durée.

Les deux directrices artistiques et leurs collaboratrices — Emma-Kate Guimond, Hanako Hoshimi-Caines et Véronique Hudon — ont tiré matière d’une série de séminaires menée sur deux ans à l’Agora de la danse. Un cadre où des artistes aux bagages pluridisciplinaires ont pu mettre leurs idées sur table et réfléchir autour d’une question de base : « Qu’est-ce que la danse produit (d’autre) ? » En se livrant à l’exercice de penser à partir de la danse, chaque participant a laissé sa trace dans le processus de création ; d’où les présences fantomatiques et les citations invisibles qui viendront teinter les performances des cinq femmes. »

Katya Montaignac et Nadège Grebmeier : la danse, hors du spectaculaire de Mélanie Carpentier, Le Devoir, 1er décembre 2018.

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir

ATTABLER est un projet soutenu financièrement par le Conseil des Arts du Canada
et le Conseil des Arts de Montréal.
Advertisements

Chorégraphes anonymes

Séances de rencontres privilégiées dédiées aux chorégraphes
et animées par Frédérick Gravel
choregraphes_anonymes

Il y a des forces de déshumanisation à l’œuvre.
Une d’elle nous force à nous voir comme des individus, des êtres responsables, isolés, redevables. Dans cette position, bizarrement, on se sent impuissants, même si on voudrait bien croire que le fait de pouvoir être ce qu’on veut, être responsable de soi, de son bonheur, de ses agissements et des conséquences nous apporte plus de jeu, plus de pouvoir. En réalité le contraire se produit.
Ignorer que nous sommes les fruits d’une situation d’abord et avant tout, et que le champ de nos possibles y est inscrit, nous fait agir d’une façon absolument improductive.

En échangeant sur notre position commune en tant qu’artistes, sur notre champ des possibles, il y a des chances pour que nous nous sentions plus à même d’agripper le réel. En nous aidant tous à circonscrire ce champ de pratique, sa situation précise, ses défis, il se peut que nous soyons plus à même de nous y inscrire de façon constructive. L’idée ne serait pas de connaître ce qui nous définit et en même temps circonscrit notre champ de pratique pour nous en libérer, mais plutôt de le connaître pour nous sentir effectifs à l’intérieur de celui-ci.

Frédérick Gravel

Un rendez-vous proposé par LA 2e PORTE À GAUCHE – laboratoire de danse contemporaine en partenariat avec Circuit-Est
Prochaine séance : en juin à Québec

Réservation : Danse K par K

Lac à l’épaule : souvenirs… | 2011

En novembre 2011, l’équipe de La 2e Porte à Gauche entreprenait son premier Lac à l’Épaule… Extraits du PV…

EXPÉRIENCE : Frédérick Gravel, fondateur de La 2e Porte à Gauche | Photo : Benoît Dhennin (2011)

EXPÉRIENCE : Frédérick Gravel, fondateur de La 2e Porte à Gauche | Photo : Benoît Dhennin (2011)

1. Philosophie de l’organisme

Nous sommes davantage intéressés par la recherche et l’exploration, par l’expérience, que par la production de spectacles dans des formes classiques, ou comme aboutissements ultimes.

Nous sommes un labo de recherche, nous y invitons des artistes à partager nos champs de recherche.

2. Mandat

– Faire des collaborations de création.
– Offrir un terreau propice à l’épanouissement artistique des membres.
– Travailler sur le développement artistique.
– Chercher beaucoup et partager cette recherche à travers des spectacles, des articles, des ateliers.

Marie Béland, cofondatrice de La 2e Porte à Gauche

INCUBATEUR : Marie Béland, cofondatrice de La 2e Porte à Gauche | Photo : Benoît Dhennin (2011)

3. Image et notoriété : La 2e Porte à Gauche est perçue comme…

Incubateur, générateur, cellule, plateforme, inducteur, stimulateur, vibromasseur du milieu, incitateur, agitateur,  regroupement d’idéateurs et de concepteurs, fédérateur.

METTRE en action la pensée et la réflexion. Faire avancer la réflexion. Propulsion.

Espace de dialogue et de réflexion entre le public et les artistes.

Quand on invite les gens dans nos projets, on les invite à rentrer, en quelque sorte, dans notre « école ».

4. Vues de l’intérieur et aspirations…

CARREFOUR : Katya Montaignac | Photo : Benoît Dhennin

CARREFOUR : Katya Montaignac | Photo : Benoît Dhennin (2011)

Katya Montaignac : La 2e Porte est un carrefour. Aller chercher les nouveaux membres, les avoir accueillis. Avoir de nouvelles visions.

Catherine Gaudet : Réfléchir en gang autour de projets complexes et compromettants. J’ai envie que La 2e Porte soit audacieuse.

Fred Gravel : Ce qui me branche dans La 2e Porte, ce sont les projets impossibles et les projets de collaboration. Quand on signe un truc en gang, on signe un Manifeste. On ne développe pas un organisme, on développe avant tout des artistes.

Marie Béland : Les choix professionnels que nous faisons individuellement touchent le groupe. Quelle est la frontière? La 2e Porte prend de plus en plus de place. Équilibre à trouver entre nos désirs et nos possibilités. Comment concilier et positionner nos différentes implications (projets personnels vs collectifs).

Rachel Billet | Crédit Photo : Benoît Dhennin

PERMÉABILITÉ : Rachel Billet | Photo : Benoît Dhennin (2011)

Rachel  Billet: Quand je suis entrée dans La 2e Porte, c’était au moment d’une grande décision dans ma vie : celle d’immigrer au Québec. J’étais dans une dynamique de recherche et m’intéressais aux nouveaux modèles de fonctionnement. J’aimais le lien entre l’artistique et l’administratif. La « perméabilité »…

Lire aussi : Pourquoi La 2e Porte à Gauche ? (conversation entre membres | 2008)

10 ans de réflexions…

Les membres et collaborateurs de La 2e Porte à Gauche parlent, questionnent, échangent et s’écrivent. À l’occasion des 10 ans de l’organisme, nous déballons depuis un an nos archives afin de partager nos réflexions sur ce blogue…

Chaque mois, nous publions un texte issu de nos archives témoignant de nos recherches et discussions autour de nos différents projets.

Qui a dit : « 2e » comme une alternative, comme un plan B (…), et puis « gauche », comme le cerveau gauche, la créativité, le sens artistique… ?

Découvrez qui a écrit : L’art est un cadeau que l’humain s’est donné pour profiter de sa vie ?

Qui pense que : [L]es zones de friction entre pairs nous semblent nécessaires à repenser notre art car, au contact de l’autre, l’artiste affine ses choix et clarifie ses intentions ?

Enfin, dans quel événement a-t-on pu voir : une mascotte qui danse sous l’admiration d’une marmaille d’enfants, des dames qui rient aux éclats de voir leur mari danser pour la première fois, ou encore des élus d’arrondissement qui se déhanchent sans complexe ?